L’UE, c’est quoi : un acteur politique ou un espace politique, le « bien » ou le « mal » ?

Dans le cours magistral sur les « Institutions et acteurs de l’UE » que je dispense à Sciences Po Lille, j’ai rappelé à plusieurs reprises lors de la première partie du cours (séances 1 à 4), que l’UE est généralement présentée dans les médias et par les politiques, comme un Léviathan, c’est-à-dire comme un acteur politique unifié. L’UE agirait tel un homo oeconomicus c’est-à-dire comme un acteur rationnel faisant des calculs coûts/bénéfices pour maximiser sa position politique par rapport aux Etats membres et dans le système international: « Bruxelles a pris telle décision », « L’UE veut renforcer telle disposition », etc. J’ai tenté de démontrer que cette vision est une construction simpliste de la réalité qui permet difficilement de saisir son organisation et son fonctionnement.

L’UE peut être pensée d’une autre manière : comme un espace politique différencié (un microcosme social distinct des Etats comme l’Estonie ou l’Allemagne) et institutionnalisé (avec des pratiques et des normes routinisées) au sein duquel des acteurs (commissaires, eurodéputés, hauts fonctionnaires, lobbyistes, etc.) coopèrent et se concurrencent. Didier Georgakakis, professeur à l’université Paris 1 et au Collège d’Europe, qualifie l’UE, en se réappropriant le vocabulaire bourdieusien, de « champ de l’Eurocratie« .

Par ailleurs, j’ai indiqué que la démarche sociologique de ce cours ne s’intéresse pas à porter un jugement normatif sur l’UE qui représenterait un « bien » ou un « mal » politique. Ce cours vise à expliquer l’UE telle qu’elle est, et non telle qu’elle devrait être. Bien sûr, on peut considérer l’UE comme un Léviathan et avoir une démarche scientifique, ou penser l’UE comme un ensemble d’acteurs politico-institutionnels, tout en développant des jugements normatifs. Il n’y a pas de corrélation entre les lunettes à travers lesquelles on regarde la réalité (issues de la théorie du choix rationnel ou pas) et sa position (distanciée ou non) de savant par rapport à son objet.

En espérant que ce bref article réponde à la demande d’éclaircissements de G., une étudiante de Sciences Po Lille. Sinon, il est possible comme pour chacun des posts, de laisser un commentaire.

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s