A doctoral workshop on EU politics and methodological issues

The Research Group on the European Union (GrUE) of the French Political Science Association (AFSP) is organising a doctoral workshop on EU politics and methodological issues, the 27th and 28th of June 2019 at the University of Saint-Louis in Brussels.

The deadline to submit a proposal (500 words) is on the 15th of November 2018. If you need any info or want to send your proposal, shoot an email to chloe.berut(at)umrpacte.fr, p.alayrac(at)gmail.com, vincent.lebrou(at)misha.fr.

See below for the description in English and in French of this doctoral workshop.

In English

The objectivation  of   methods  used  while  conducting  a  survey  in  the  social  sciences  is a « necessary condition for the intelligibility of the materials collected » (Mauger, 1991). Research on the European Union (EU) is no exception. If some studies interrogate the evolution of the theoretical tools mobilized in the analysis of EU-related processes (Georgakakis, 2008, Lequesne, Smith, 1997), few have focused on the day-to-day research practices of the young researcher in social sciences. This symposium will hence explore the European part of  the « social science laboratory » (Laferté, Pasquali, Renahy, 2018) in order to shed light on the conditions under which fieldworks and objects (referring to European integration) are set ups . Thus, these two days will welcome young researchers (PhD candidates and young doctors), whose work deal with the the functioning of the EU, be it apprehended from Brussels or from more distant spaces. It will be an opportunity not only to engage in a collective reflection on the construction of survey protocols for EU-related researches, but also to think about the effects of the implementation of such protocols on research objects.

Multiple methods, deriving from political science, sociology or even anthropology, have been used to study the EU. But theoretical tools used to analyze European integration as well as methods of investigation have been widen in recent years (Saurugger, 2010). Is it because of  the repeated calls for a « normalization » of European studies — meaning a more systematic use of traditional instruments of analysis of traditional political systems to grasp the  functioning of the EU — that such a movement has been made possible? Or, on the contrary, has methodological inventiveness been stimulated by the sui generis dimension of European integration and both the relative autonomy and specificity of centers and peripheries of this politico-administrative space? Beyond the epistemological positions on the appropriate methods to construct a specific object, how can we deal with a fieldwork that might resist to the use of theoretical approaches (Weisbein, 2011)? This symposium will focus on « junctions between object construction and research practices » (Siméant, 2015), to improve our understanding of how, with which objectives, and for which results, we are studying the EU.

Papers should focus particularly on the methodological issues that young researchers are facing when grasping European integration. Papers detailing how the survey protocol is built and then implemented are particularly welcome. This symposium is open to all disciplines of the humanities and social sciences (sociology, political science, law, history, geography, etc.). The proposals may fall into one of the three axis presented below. However they do not constitute a binding framework and other questions related to the topic of these two days can be explored.

1. Where do we stand with the « normalization » of European studies?

In the perspective of a « normalization » of European Studies (Hassenteufel, Surel, 2000; Weisbein, 2008), the use of analytical frameworks and methods from political science necessarily raises the question of their adaptation (or not) to the European Union (Zahariadis, 2013).

Thus, this first axis aims to gather papers focusing on the methodological implications  of such an endeavor. For instance, can European polices be apprehended as national policies?  Is the sui generis character of the European system a sufficient argument to avoid any comparison with other national or federal systems? With regard to the implementation of European public action, papers could examine how to use the comparative method — for example by focusing on the construction of the variables used (Engeli, Allison, 2014; King, Keohane, Verba, 1994). We suggest three possibilities — not mutually exclusive — to tackle these issues. First, papers could examine the singularities of the configuration in which the various non-institutional actors, such as interest groups (Peterson, Bomberg, 1998; Saurugger, 2002; Radaelli, 1999; Lequesne, Rivaud, 2001; Robert, 2000), participate to the making of European public action. The development of a « Better Regulation » plan or the generalization of impact assessments has accelerated the development of a « peri-administration » of consulting, audit and evaluation firms. Is it for example comparable to the US case (Lepont, 2016)? What are the available tools to understand these actors and their action? Papers could also explore the singularity of European policies. Thus, the concept of « trans-sectoriality » (Halpern, Jacquot, 2015) of policies, particularly applied at European level (gender mainstreaming, health, environment, etc.) is today a particularly fertile ground for methodological interrogations — the notion of sector being deeply linked to public policies analysis. How does the tendency of many European policies to blur borders between social spheres and sectors have an impact on the way of conducting research on the EU? How and why working, in the same research, on actors from various administrations and organizations?

Finally, the European field is particularly suitable for a renewal of conceptions of the links between law and politics. From its  production to its articulation with national law, the question of the production of European norms and standards invites us to deploy new methods at the frontier of political science, sociology and law. For example, how can we effectively deal with specific forms of law at European level, such as soft law policies (Terpan, 2015), which may involve a wide variety of instruments?

2. Dealing with and learning from difficulties: reflexivity of young researchers working on the European integration

This second axis will seek to appreciate trajectories of investigation and obstacles faced and to be overcome. Indeed, if the way a research is conducted has strong implications on the resulting analysis (Beaud, Weber, 2003), it seems useful to describe the set of operations conducted to delineate the field of investigation and the difficulties which the young researcher is likely to encounter.

This axis intends to explore investigation tips that have been developed in recent years. Confronted with the heterogeneity of the categorizations of national statistics, the articulation of a plurality of political systems, fragmented professional networks or facing « elites » with no time and few words for them, researchers must be resourceful. Whether recoding databases to make them comparable (Hugrée, Pénissat, Spire, 2017), using multi-situated ethnographies (Loisel, 2016) or archives material to support retrospective interviews (Dimier, 2014), breaking with consecrated chronologies (Kaiser, Schot, 2014) or studying and following actors via types of sources relatively unused (Laurens, 2015), the proposals abound to diversify researchers’ toolbox. These few examples obviously do not exhaust the strategies that can be deployed when working on the EU. The papers could insist on the arbitrations, combinations and triangulation of methods used. Thus, if networks of sociability are highly developed within the « European Bubble » (Baisnéee, 2007) and can sometimes facilitate the work of the investigator once he/she has entered it, this same relational density can slow down research — this being, in itself, a part of the research object. Beyond the ethnographic method and its limitations, therefore, the use of focus groups (Duchesne et al., 2010) or the questionnaires administered  by the interviewer (Kassim et al., 2013) may prove to be essential assets to reveal the positions or preferences of the actors (Hooghe, Marks, Schakel, 2010), or to attest the emergence of a common culture (Faure, 2016).

Yet, the ingenuity of the researchers may not be enough: it is then necessary to question the knowledge and ignorance effects caused by resistances and black boxes in Brussels (and the efforts to deal with them), and which theoretical framework are then paralyzed. Moreover, even when the field seems to be open to the researcher, it is necessary to analyze at what price. Papers may for instance explore two directions. First, if the University has always maintained strong links with the European institutions (Robert, Vauchez, 2010; Mudge, Vauchez, 2012), they may question the kind of knowledge that it produces, especially when researchers are potentially embedded in the studied field (Alam, Gurruchaga, O’Miel, 2012). Second, papers may question the type of « transparency » promoted by the European institutions over the past fifteen years (Robert, 2017): if the information seems available to the researcher, it is necessary to ask under what form and with what consequences.

3. European integration as a vector of connexions between different social spaces: what methodology for which fields?

In this axis, papers will explore the issues, interests and possible specificities of the methods used to investigate the refractions of the community process outside the European capital. One of the consequences of the call for standardization of methodologies and approaches has consisted in multiplying the investigations on the construction of Europe as it is « far from Brussels » (Lebrou, 2015), and thus tackle the multi-scale nature of the EU. But does this normalization, by moving the focal point from Brussels microcosm towards new objects, imply a standardization of the methods applied to them? While the spaces concerned can be particularly disparate, communications will question how taking these spaces into account contributes to a better understanding of European integration. Several tracks can be explored, from the formulation of national positions (Eymeri-Douzans, 2002) to the spaces of socialization of local or national elites in charge of European issues (Eymeri-Douzans, 2010), through the modes of appropriation of European standards in space local (Mischi, 2007).

Papers could also pay attention to methods used to analyze changes in the perceptions of EU citizens. In a period of legitimacy crisis in the EU, the quantitative or qualitative study of opinions, votes and attitudes of European citizens and their effects on the « Brussels bubble »  is particularly important. However, the difficulties to grasp this type of object are numerous: polarization, ambivalence, politicization, complexification (Van Inglegom, 2014; De Wilde, 2011) tend to reconfigure issues that were previously more structured. Thus, several methodological questions arise: which method, or combination of methods (mixed-method researches), are the most appropriate? Is the use of quantitative tools the only way to measure the degree of legitimization and entrenchment of the Community political order? On the other hand, what are the most adapted tools to identify and evaluate the work of « small entrepreneurs of Europe » (Aldrin, Dakowska, 2011) who work daily towards European integration, although located at a distance from the main institutions of Brussels? Do these democratic issues contribute to a redefinition of certain practices or configurations on a Brussels scale, and if so, how to precisely identify their effects?

Finally, if Brussels is the center of  a European nervous system, the capital is connected to  other institutions that are not located there (European Central Bank, EU Court of Justice, numerous EU agencies and authorities), as well as international organizations. These are all points  to  study  distributed  power  configurations  that  affect  the  EU’s  «  centers  »  and « peripheries ». The survey can therefore focus on the interactions and interlinking of these different actors (Patel, 2013), and the structural effects of a polycentric power. But what are the methods used to investigate institutions sometimes classified as in a « second circle », or as apparently disconnected from Brussels? Studies on the links between various international organizations and the EU, for example, are particularly important for methodological interrogations, in particular because of the difficulty to identify transfer mechanisms and measuring their effects. Methods from different traditions can be used and combined: policy transfer studies (Dolowitz, Marsh, 1996), learning approach (Dunlop, Radaelli, 2017) and uses (Jacquot, Woll, 2004) among other examples.

En français

L’objectivation des modalités de déroulement d’une enquête en sciences sociales est une « condition nécessaire à l’intelligibilité des matériaux recueillis » (Mauger, 1991). Les recherches sur l’Union européenne (UE) n’échappent pas à la règle. En effet, si certains travaux interrogent l’évolution des outils théoriques mobilisés dans l’analyse du processus communautaire (Georgakakis, 2008 ; Lequesne, Smith, 1997), peu se sont intéressés à ce qui relève de la cuisine interne du.de la jeune chercheur.e en sciences sociales. On propose donc ici de pénétrer la partie européenne du « laboratoire des sciences sociales » (Laferté, Pasquali, Renahy, 2018) afin d’éclairer les conditions d’investissement d’un terrain et d’un objet d’enquête renvoyant, directement ou non, à l’intégration européenne. Ainsi, cette journée d’étude s’adresse à des jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s ou docteur.e.s sans poste), dont les travaux portent sur les différents aspects du fonctionnement de l’UE, qu’elle soit appréhendée depuis Bruxelles ou au contraire à partir d’espaces sociaux plus éloignés. Elle sera l’occasion d’engager une réflexion collective sur la construction des protocoles d’enquête dans le cadre de recherches sur l’UE et sur ce que l’élaboration ou la mise en œuvre de ces derniers disent de l’objet de recherche.

Le fonctionnement de l’Union européenne a été abordé par des méthodes multiples, issues tant des grands courants de la science politique que de la sociologie ou encore de l’anthropologie. Mais les paradigmes et outils théoriques mobilisés pour analyser l’intégration européenne d’un côté, et les méthodes d’enquête dont cette dernière a pu faire l’objet de l’autre, se sont considérablement enrichis ces dernières années (Saurugger, 2010). Est-ce sous l’impulsion des appels répétés de certains chercheur.e.s, à une « normalisation » des études européennes, soit un recours plus systématique aux instruments traditionnels d’analyse des systèmes politiques classiques pour saisir le fonctionnement de l’UE, qu’un tel mouvement a été rendu possible (Hassenteufel, Surel, 2015) ? Ou, au contraire, est-ce parce que le caractère sui generis de l’intégration européenne ou encore la relative autonomie des centres et périphéries de cet espace politico-administratif nécessitent des formes d’inventivité méthodologique ? Enfin, au-delà des positionnements épistémologiques sur la méthode à adapter pour construire tel ou tel type d’objet, comment faire avec les résistances d’un terrain qui n’offre pas toujours de prise aux différentes approches théoriques dont il est susceptible de faire l’objet (Weisbein, 2011) ? L’objectif de cette journée d’étude est donc d’investir la question « des jonctions entre construction de l’objet et pratique de l’enquête » (Siméant, 2015) pour tenter de mieux comprendre de quelle manière, avec quels objectifs et pour quels résultats on s’intéresse à l’UE.

Les propositions de contribution devront insister particulièrement sur les enjeux méthodologiques auxquels le.la jeune chercheur.e se confronte dès lors qu’il.elle cherche à étudier l’intégration européenne. Des communications précisant la façon dont est construit puis mis en œuvre le protocole d’enquête sont particulièrement attendues. Cette journée d’étude est ouverte à l’ensemble des disciplines des sciences humaines et sociales (sociologie, science politique, droit, histoire, géographie, etc.). Les propositions pourront s’inscrire dans l’un des trois axes présentés ci-dessous. Ces derniers ne constituent pas pour autant un cadre contraignant et d’autres questionnements en lien avec la thématique de la journée d’étude pourront être explorés.

Axe 1 : Du politique comme ailleurs ? Où en est-on de la « normalisation » des études européennes ?

Dans la perspective d’une « normalisation » des études européennes (Hassenteufel, Surel, 2000 ; Weisbein, 2008), l’application de cadres d’analyse et de méthodes issues de la science politique classique pose nécessairement la question de leur adaptation (ou non) à l’objet « Union européenne », et ce quel que soit le domaine abordé (Zahariadis, 2013). Dans cette perspective, ce premier axe vise à réunir des communications centrées sur les implications méthodologiques d’une telle entreprise. Peut-on par exemple appréhender les politiques européennes de la même façon que les politiques nationales ? De la même manière, le caractère sui generis du système européen est-il un argument suffisant pour empêcher toute comparaison avec d’autres systèmes, nationaux ou fédéraux ? Concernant ensuite la mise en œuvre de l’action publique européenne, des communications pourront interroger les modalités du recours à la méthode comparée – par exemple en centrant la réflexion sur la construction des variables mobilisées (Engeli, Allison, 2014 ; King, Keohane, Verba, 1994).

Pour interroger les possibilités et modalités de normalisation d’un terrain ou d’un objet, on propose ici trois entrées possibles, non exclusives d’autres propositions en lien avec la thématique de l’axe. On peut d’abord interroger les singularités de la configuration dans laquelle agissent les divers acteurs non-institutionnels de la fabrique de l’action publique européenne — comme les groupes d’intérêts (Peterson et Bomberg, 1998 ; Saurugger, 2002 ; Radaelli, 1999 ; Lequesne, Rivaud, 2001 ; Robert, 2000). Le développement de la Better Regulation ou la généralisation des impacts assessments a accéléré le développement d’une « péri-administration » de cabinets de consulting, d’audit et d’évaluation : est-elle par exemple comparable au cas américain (Lepont, 2016) ? Quels sont les outils mobilisables pour en appréhender les contours et principes de fonctionnement ? On peut ensuite se pencher sur la singularité des structures même des politiques européennes. Ainsi, le concept de « trans- sectorialité » (Halpern, Jacquot, 2015) des politiques, particulièrement appliqué au niveau européen (gender mainstreaming, santé, environnement etc.), constitue aujourd’hui un terrain particulièrement fertile au questionnement méthodologique, la notion de secteur étant initialement très étroitement liée à l’analyse des politiques publiques. Comment cette tendance de nombreuses politiques européennes à participer au franchissement des frontières bureaucratiques se traduit-elle dans le déroulement des recherches sur l’UE ? Comment et pourquoi faire tenir ensemble dans une même enquête des acteurs issus d’administrations et d’organisations diverses ? Enfin, le terrain européen est particulièrement propice à un renouvellement des conceptions du lien entre droit et politique. De sa production à son articulation au droit national, la question de la production des normes européennes invite ainsi à déployer de nouvelles méthodes, à la frontière de la science politique, de la sociologie et du droit. Par exemple, comment appréhender efficacement certaines formes du droit spécifiques au niveau européen telles que les politiques relevant de la soft law (Terpan, 2015), dont l’expression peut passer par une grande variété d’instruments ?

Axe 2 : Faire avec et faire sens des difficultés : ficelles et réflexivité des jeunes chercheurs travaillant sur la construction européenne

On cherchera dans ce deuxième axe à restituer les trajectoires d’enquête et les obstacles qu’elles impliquent de surmonter. En effet, si le déroulement du travail de terrain engage fortement l’analyse qui en découle (Beaud, Weber, 2003), il nous semble utile de décrire l’ensemble des opérations conduites en vue de la délimitation du terrain investigué ou visant à surmonter les difficultés et résistances que le.la jeune chercheur.e est susceptible de rencontrer.

Cet axe entend ainsi faire place aux ficelles de l’enquête qui se sont développées ces dernières années. Confronté.e.s à l’hétérogénéité des catégorisations des statistiques nationales, à l’articulation d’une pluralité de systèmes politiques, à des réseaux professionnels éclatés ou encore à des « élites » avares de leur temps et de leur parole, les enquêteurs.rices doivent faire preuve d’ingéniosité. Qu’il s’agisse de recodages pour rendre des bases de données comparables entre elles (Hugrée, Pénissat, Spire, 2017), du recours à des ethnographies multisituées (Loisel, 2016), de l’appui sur des entretiens rétrospectifs à l’aide d’archives (Dimier, 2014), de ruptures avec les chronologies consacrées (Kaiser, Schot, 2014) ou de l’identification et du suivi d’acteurs via des types de sources jusqu’alors peu utilisées (Laurens, 2015), les propositions abondent. Ces quelques exemples n’épuisent évidemment pas les stratégies que l’on peut déployer quand on travaille sur l’UE. Les communications pourront insister sur les arbitrages, tuilages et triangulations des méthodes à l’épreuve des aspérités du terrain. Ainsi, si les réseaux de sociabilités sont très développés au sein de la « bulle européenne » (Baisnée, 2007) et peuvent parfois faciliter le travail de l’enquêteur une fois qu’il y a mis le pied, cette même densité relationnelle peut freiner la recherche — ceci étant, en soi, objet de l’enquête. Au-delà de la méthode ethnographique et de ses limites donc, le recours aux focus groups (Duchesne et al., 2010) ou aux questionnaires administrés par l’enquêteur.rice (Kassim et al., 2013) peuvent s’avérer être des atouts essentiels pour révéler les positions ou les préférences des acteurs (Hooghe, Marks, Schakel, 2010), ou encore en attester de l’émergence d’une culture commune (Faure, 2016).

Ainsi, l’ingéniosité des chercheurs peut ne pas suffire : il est alors nécessaire d’interroger les effets de savoir et d’ignorance que causent résistances et angles morts bruxellois (et les efforts faits pour faire avec), et quels appareillages théoriques ils permettent ou empêchent de fonctionner. De plus, même lorsque des espaces peuvent s’ouvrir au chercheur, il faut analyser à quel prix. Deux pistes peuvent notamment être explorées. Par exemple, si l’Université a toujours entretenu des liens forts avec les institutions européennes (Mudge, Vauchez, 2012 ; Robert, Vauchez, 2010), quel type de savoir produit-on en tant que chercheur potentiellement embarqué dans le terrain étudié (Alam, Gurruchaga, O’Miel, 2012) ? D’autre part, comment penser et que faire du type de « transparence » promue par les institutions européennes depuis une quinzaine d’années (Robert, 2017) : si l’information semble pouvoir enfin arriver au chercheur, il faut se demander sous quelle forme et avec quelles conséquences.

Axe 3 : La construction européenne comme vecteur de mise en relation d’espaces sociaux distincts : quelle méthodologie pour quels terrains ?

On explorera dans cet axe les enjeux, intérêts et éventuelles spécificités des méthodes employées pour enquêter sur les réfractions du processus communautaire hors de la capitale européenne. L’une des conséquences de l’appel à la normalisation des méthodologies et approches a en effet consisté à multiplier les investigations sur la construction de l’Europe telle qu’elle se fait « loin de Bruxelles » (Lebrou, 2015), et ainsi d’aborder de front le caractère multi-échelle de l’UE. Mais cette normalisation, par un déplacement de la focale depuis le microcosme bruxellois vers de nouveaux objets, implique-t-elle une normalisation des méthodes appliquées à ces derniers ? Alors que les espaces concernés peuvent être particulièrement disparates, il s’agit ici de privilégier les communications qui interrogeront la façon dont la prise en compte de ces espaces alimente une meilleure compréhension de l’intégration européenne. De la formulation des positionnements nationaux (Eymeri-Douzans, 2002) aux espaces de socialisation des élites locales ou nationales en charge des questions européennes (Eymeri-Douzans, 2010), en passant par les modes d’appropriation des normes européennes dans l’espace local (Mischi, 2007), plusieurs pistes peuvent être explorées.

Dans le cadre de cet axe, une place pourra également être accordée aux méthodes mobilisées pour analyser les évolutions de la manière dont l’UE est perçue par ses citoyens. Dans une période de crise de légitimité de l’UE, l’étude quantitative ou qualitative des opinions, votes et attitudes des citoyen.ne.s européen.ne.s et de leurs effets sur la « bulle bruxelloise » trouve toute son importance. Pourtant, les difficultés à saisir ce type d’objet sont nombreuses : polarisation, ambivalence, politisation, complexification (Van Ingelgom, 2014 ; De Wilde, 2011) tendent à reconfigurer des enjeux auparavant plus structurés. Ainsi, plusieurs questions méthodologiques se posent : quelle méthode, ou combinaison de méthodes (mixed-method researchs), sont-elles les plus appropriées ? Le recours aux outils de mesure quantitatifs est-il l’unique moyen de mesurer le degré de légitimation et d’enracinement de l’ordre politique communautaire ? Quels sont à l’inverse les outils les plus ajustés pour repérer et évaluer le travail des « petits entrepreneurs d’Europe » (Aldrin, Dakowska, 2011) qui, bien que situés à distance des principales institutions bruxelloises, œuvrent quotidiennement à l’intégration européenne ? Ces enjeux démocratiques participent-ils à une redéfinition de certaines pratiques ou configurations à l’échelle bruxelloise, et si oui, comment en identifier précisément leurs effets ?

Enfin, si Bruxelles représente le centre nerveux du système européen, la capitale est reliée à d’autres institutions qui ne s’y situent pas (Banque centrale européenne, Cour de Justice de l’UE, les nombreuses agences et autorités de l’UE, mais aussi des organisations internationales sectorielles). Celles-ci constituent autant de portes d’entrée pour étudier les configurations de pouvoir distribuées qui affectent « centres » et « périphéries » de l’UE. L’enquête peut donc porter sur les modalités d’interaction et d’imbrication de ces différents acteurs (Patel, 2013), et les effets structuraux d’un pouvoir polycentrique. Mais quelles sont alors les méthodes d’investigation d’institutions parfois classées dans un « second cercle » de manière déconnectée d’autres terrains situés au cœur du jeu politique bruxellois ? Les études portant sur les liens entre diverses organisations internationales et l’UE, par exemple, sont particulièrement propices au questionnement méthodologique, notamment du fait de la difficulté de la mise au jour des mécanismes de transfert et de la mesure de leurs effets. Le recours à des méthodes issues de différentes traditions pourra également être interrogé : policy transfer studies (Dolowitz, Marsh, 1996), approche du learning (Dunlop, Radaelli, 2017) et des usages (Jacquot, Woll, 2004), entre autres exemples.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s