Congrès AFSP 2022, AAC : La part du monde dans la politique de l’Union européenne

Natash Wunsch (Sciences Po Paris) et moi co-organisons un panel lors du 16e Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu du 5 au 7 juillet 2022 à Lille.

Le panel est intitulé « La part du monde dans la politique de l’Union européenne », les résumés en français et en anglais se trouvent ci-dessous et la date butoir pour envoyer un résumé est le 2 novembre.

La part du monde dans la politique de l’Union européenne 

Quelle est la « part du monde » dans la politique de l’Union européenne (UE) et comment la première transforme et ordonne la seconde ? Cette section thématique interroge les rapports d’interdépendance de l’UE vis-à-vis de la politique élaborée et mise en œuvre à l’extérieur des frontières européennes. Notre principale hypothèse de travail établit que la politique mondiale ne serait pas une simple externalité que l’UE pourrait gérer à la marge de son activité politique comme une « affaire étrangère », mais qu’elle façonne le fonctionnement quotidien et interne de l’UE. Nous souhaitons valoriser des communications qui proposent des contributions théoriques originales, faisant dialoguer la littérature francophone attentive au développement d’une sociologie politique de l’UE (Georgakakis, 2012 ; Hassenteufel, Saurugger, 2021) à la littérature anglophone dominante s’inscrivant en EU studies.

La manière dont les relations d’interdépendance UE/monde produisent des changements est, d’abord, saisie par un travail d’archéologie conceptuelle (Canihac, 2020). D’où viennent les notions de « souveraineté européenne », d’« autonomie stratégique » ou d’ « Europe géopolitique » et par quels acteurs ont-elles été forgées ? Comment ont-elles circulé à l’échelle de l’UE (Delcour, Tulmets, 2019) ? Correspondent-elles à un répertoire d’idées ancien ou nouveau, français ou européen, politique ou technocratique, de gauche ou de droite, etc.  (McNamara, 1998 ; Parsons, 2006 ; Jabko, 2009 ; Jegen, Mérand, 2014) ? Faut-il les comprendre en réaction à la menace d’une « provincialisation » de l’UE (Chakrabarty, 2020) ? Il serait complémentaire de chercher à identifier les idées qui n’ont pas eu le même succès (Roa Bastos, Vauchez, 2019), alors qu’elles visaient également à répondre au défi de l’interdépendance de l’UE face au monde.

L’analyse du changement des pratiques des acteurs européens est un autre angle d’analyse privilégié pour comprendre ce que le monde fait à l’action publique européenne et à la gouvernance de l’UE (Adler-Nissen, 2016 ; Mérand, 2021). À partir de quand et dans quel contexte l’enjeu de l’interdépendance de l’UE vis-à-vis du monde a-t-il été mis à l’agenda politique et par qui ? Au-delà de la manière dont les acteurs cadrent l’action publique européenne, il s’agit de comprendre la manière dont leurs usages (Woll, Jacquot, 2010) et leur travail politique évoluent afin de légitimer leurs actions (Smith, 2019, 2021 ; Faure, 2021). Certains États membres, institutions de l’UE, ou groupes sociaux (Vauchez, 2007 ; Georgakakis, 2012) se sont-ils plus appropriés que d’autres ce défi géopolitique et pourquoi ? Cet enjeu politique a-t-il été plus intégré au programme d’action publique souverainiste ou libéral (Hassenteufel et al., 2010 ; Faure, 2020), et certaines politiques publiques ont-elles été plus affectées que d’autres ?

Cette section thématique rassemble, enfin, des contributions qui analysent « par le bas » l’effet de l’interdépendance UE/monde sur la démocratie. Comment la part du monde a-t-elle façonné et produit des « conflits de souveraineté » (Brack, Coman, Crespy, 2021) ainsi que la dynamique de « technopopulisme » au cœur de l’UE (Bickerton, Invernizzi Accetti, 2021) ? Il s’agit de comprendre les liens de corrélation voire de causalité entre ce défi géopolitique et le phénomène de « régression démocratique » ou d’« autocratisation » (Tomini, 2019) à l’œuvre dans plusieurs pays d’Europe tels que la Hongrie ou la Pologne. Comment de grandes puissances autocratiques telles que la Chine ou la Russie ont-elles réussi – ou au contraire échoué – à promouvoir le modèle politique qu’elles défendent au sein de l’UE, ayant, entre autres, pour effet de faire reculer les « valeurs communes » sur lesquels repose l’UE ?

Finalement, nous espérons rassembler des communications qui améliorent notre compréhension des transformations politiques, institutionnelles et démocratiques à l’œuvre au sein de l’UE par l’effet de ses rapports interdépendances avec le monde.

The external dimension of European Union politics

Where does the external dimension come into the politics of the European Union (EU), and how does the former transform and order the latter? This thematic section questions the relationship of interdependence of the EU vis-à-vis policies and political developments outside European borders. Our main working hypothesis establishes that global politics is not a mere externality that the EU could manage outside of its political activity as a “foreign affair”, but that that it shapes the day-to-day and internal functioning of the EU. We seek out paper proposals that offer original theoretical contributions, bringing together French-speaking literature attentive to the development of a political sociology of the EU (Georgakakis, 2012; Hassenteufel, Saurugger, 2021) with English-speaking literature focused on EU studies.

The way in which the EU/world interdependence produces changes is, first of all, captured by an effort of conceptual archeology (Canihac, 2020). Where do the notions of “European sovereignty,” “strategic autonomy” or “geopolitical Europe” come from and by which actors were they forged? How did they circulate across the EU (Delcour, Tulmets, 2019)? Do they correspond to a repertoire of old or new, French or European, political or technocratic, left or right ideas, etc. (McNamara, 1998; Parsons, 2006; Jabko, 2009; Jegen, Mérand, 2014)? Should they be understood in reaction to the threat of a “provincialization of Europe” (Chakrabarty, 2020)? We are also interested in proposals that identify ideas that have not had the same success (Roa Bastos, Vauchez, 2019), while they also aimed to respond to the challenge of the EU’s interdependence with the world.

Analyzing the change in the practices of European actors is another privileged angle of analysis for understanding how external elements feed into European public action and EU governance (Adler-Nissen, 2016; Mérand, 2021). When and in which context was the issue of the EU’s interdependence vis-à-vis the world put on the political agenda and by whom? Beyond the way in which the actors frame European public action, it is a question of understanding the way in which their usages (Woll, Jacquot, 2010) and their political work evolve in order to legitimize their actions (Smith, 2019, 2021; Faure, 2021). Have certain Member States, EU institutions, or social groups (Vauchez, 2007; Georgakakis, 2012) responded more appropriately than others this geopolitical challenge and why? Has this political issue been more integrated into the sovereignist or liberal public action program (Hassenteufel et al., 2010; Faure, 2020), and have certain public policies been more affected than others?

This thematic section brings together, finally, contributions that adopt a bottom-up perspective on the effect of the EU/world interdependence on democracy. How has the external dimension shaped and produced “sovereignty conflicts” (Brack, Coman, Crespy, 2021) as well as the dynamics of “technopopulism” at the heart of the EU (Bickerton, Invernizzi Accetti, 2021)? The aim is to understand the correlation or even causal links between this geopolitical challenge and the phenomenon of “democratic regression” or “autocratization” (Tomini, 2019) at work in several European countries such as Hungary or Poland. How have great autocratic powers such as China or Russia succeeded – or on the contrary failed – to promote the political model they defend within the EU, having, among other things, the effect of pushing back the “common values ​” on which the EU is based? In sum, we seek contributions that improve our understanding of the political, institutional and democratic transformations taking place within the EU through its interdependent relationships with the world.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s