L’effet de la différenciation « transversale » sur la gouvernance de l’Union européenne

Dans le double numéro 67-68 de Politique européenne publié en 2020 et consacré à l’Europe à géométrie variable, Vincent Lebrou (Université de Franche-Comté) et moi proposons de compléter l’étude des logiques de différenciation « horizontale » (variations territoriales) et « verticale » (variations dans la centralisation du pouvoir d’une politique publique à une autre) bien identifiées dans la littérature scientifique, par celle de différenciation « transversale ».

Cette dernière permet de saisir les groupes d’acteurs professionnels transnationaux à l’interstice des délimitations institutionnelles formelles qu’elles soient nationales ou sectorielles, appuyant une approche sociologique de l’Union européenne.

Cliquez ici pour télécharger cet article via Cairn.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s