Defence cooperation

homepageImage_en_US.jpg8 | Article | Faure Samuel B.H. 2019. The Choice for a Minilateral Europe: A Historical Sociology of Defence-Industrial Capitalism. European Review of International Studies. 6 (2) : 92-114.

Abstract – In order to acquire a new military transport aircraft in the 2000s, why did France decide to choose European minilateralism (A400M) rather than the alternative of Franco- American bilateralism (C-17 and C-130)? A “configurational” argument with regard to this decision is developed, using an approach that looks at the historical sociology of a political economy in arms procurement in Europe, derived from the work of Norbert Elias. This argument explains France’s choice of a minilateral Europe as resulting from the effect of social interdependence that is conceptualised by the notion of “configuration”. Establishing the positions adopted by French state and industrial actors required two years of fieldwork (2012 –2014). A total of 105 semi-structured interviews were conducted with French actors (political, military, administrative, and industrial) who took part in the negotiations from the mid-1970 to the early 2000s. Beyond presenting this data, this article contributes to the development of international political sociology by making the concept of configuration operational.

1.jpg

7 | Article | Faure Samuel B.H. 2019. Varieties of international co-operation: France’s ‘flexilateral’ policy in the context of Brexit. French Politics. 17 (1) : 1-25.

AbstractThe aim of this article is to articulate conceptually the varieties of international co-operation in which states take part. In theories of international relations, international co-operation is generally analysed either through instances of multilateral collaboration (EU, UN, NATO), through bilateral alliances (Franco-German relationship), or through “minilateral” clubs (G7). Yet the literature does not offer a concept for linking these three models of international co-operation. Nevertheless, in practice, states simultaneously use varieties of international co-operation to address global public problems such as climate change, migration crises, and the fight against terrorism. To address this shortcoming, it is necessary to shift the focus from each type of international co-operation to their “interstices”, in order to identify the relations between the types of international co-operation and their reciprocal effects on decisions taken by the state. It is to do this that the concept of “flexilateralism” has been developed. This neologism describes the policy through which a state simultaneously implements varieties of international cooperation to address a public problem. A states “flexilateral” policy, or flexilateralism, is operationalised by revealing four varieties of international co-operation: bilateralism (co-operation between two states), minilateralism (co-operation within an exclusive group of states), multilateralism (co-operation within an inclusive group of states), and unilateralism (no co-operation). The concept of flexilateralism is applied through the case of Frances defence procurement policy in the context of the Brexit negotiations. By taking seriously varieties of international co-operation, the concept of flexilateralism goes a step further to explain the policy-making and implementation of states foreign policy.

9783319971681.jpg6 | Chapter | Faure, Samuel B.H. 2019. Franco-British Defence Co-operation in the Context of Brexit in Johnson Rob, Matlary Janne Haaland (eds.), The United Kingdom’s Defence After Brexit. Britain’s Alliances, Coalitions, and Partnerships, Basingstoke: Palgrave Macmillan. 103-125.

Book abstract – This new work examines how the European states, the United Kingdom and the United States will approach the defence and security of Europe in the medium and long-term. It is often assumed that Brexit, the United Kingdom’s departure from the political and commercial European Union, would affect defence and security profoundly, but the basis of that assumption is rarely analysed. Bringing together a panel of specialists from Europe, the UK, the EU, and the United States, this volume evaluates the relative position they play in Europe’s defence in the era of Brexit. It examines the arguments, challenges, and problems in European defence, and tests them against the residual commitment, cohesion, and capabilities of the states concerned, including Anglo-French military co-operation, the silent Anglo-German partnership, the US-UK Special Relationship, and the emergent Northern Group.

Chapter first lines – ‘Our goal of seeking closer co-operation with Germany as well as with those European countries that have the capacity and will to move forward, while also maintaining a solid bilateral relationship with the UK, should allow significant progress to be made’. Thus writes Florence Parly, the French minister for the armed forces, in the preface to the ‘Revue stratégique’ (strategic review) drawn up at the request of France’s president, Emmanuel Macron, and published in October 2017. These words embody the head of state’s political philosophy, influenced by the French philosopher Paul Ricoeur, whose research assistant he once was. It can be summed by the formula « et en même temps » (« and at the same time »), which occurred frequently in his speeches. Implementing France’s defence policy requires co-operation with the United Kingdom (UK) and at the same time with Germany – co-operation that is on a bilateral, and at the same time minilateral and at the same time multilateral levels. …

LCDM_030_L204.jpg5 | Article | Faure Samuel B.H. 2018. La politique du « flexilatéralisme » : le cas de la politique française d’armement dans le contexte du Brexit. Les Champs de Mars. 30 (1) : 73-101.

Résumé – Quels sont les types de coopération internationale utilisés par l’État pour acquérir des armements et comment les articuler conceptuellement ? Cet article développe le concept du « flexilatéralisme ». Ce néologisme définit la politique par laquelle un État mobilise simultanément différents types de coopération internationale pour répondre à un problème public comme l’acquisition d’armements. La politique du flexilatéralisme ou « flexilatérale » d’un État est opérationnalisée en révélant les différents types de coopération internationale qui le constituent et qui sont qualifiés des « variétés de l’internationalisme ». Les variétés de l’internationalisme se situent à deux échelles, européenne et transatlantique, et prennent quatre formes : l’unilatéralisme (pas de coopération), le bilatéralisme (coopération entre deux États), le minilatéralisme (coopération entre un groupe d’États exclusif) et le multilatéralisme (coopération entre un groupe d’États inclusif). Au-delà de la littérature ayant trait à la politique d’armement en Europe, le concept du flexilatéralisme contribue, sous l’angle des relations internationales, à celles portant sur l’intégration différenciée et la désintégration de l’UE d’une part, et à celles ayant trait aux variétés du militarisme libéral et du capitalisme industriel de la défense d’autre part. Le concept du flexilatéralisme est illustré par l’élaboration de la politique d’armement de la France, dans le contexte des négociations sur le Brexit.

POEU_0484 | Edited Volume | Faure Samuel B.H., Hoeffler Catherine (dir.). 2015. Les politiques militaires en Europe : l’héritage de Bastien Irondelle. Politique européenne. 48 (2).

Premières lignes – Ce numéro spécial rend un hommage scientifique à Bastien Irondelle (1973-2013), étudiant puis doctorant, post-doctorant, chercheur et professeur à Sciences Po Paris et au Centre de recherches internationales (CERI). Interrogeant l’effet de l’Europe sur la politique militaire française, B. Irondelle (2003) apporte une contribution fondamentale aux études européennes par sa thèse majeure de l’« européanisation sans l’Union européenne »…

Questions de recherche, Sciences Po-CERI3 | Article | Faure, Samuel B.H. 2015. La coopération internationale dans le secteur de l’armement. Apports et critiques de la littérature à la lumière du cas français. Questions de recherche. 46. 45p.

Résumé – Cet article porte sur le dilemme décisionnel de la politique d’acquisition d’armements. Pourquoi un Etat décide-t-il parfois de coopérer à l’international avec d’autres Etats et leurs industries de défense, pour acheter des biens militaires tels que des avions de combat, des chars d’assaut ou des navires de guerre, et pourquoi décide-t-il parfois de ne pas coopérer en privilégiant l’autarcie ? Pour répondre à cette « question de recherche », cet article rassemble, sous la forme d’une revue de la littérature, l’ensemble des contributions en science politique (soit près de cent références) qui visent à expliquer cette variation décisionnelle. L’objectif est de cartographier l’ensemble des modèles explicatifs de ce dilemme en testant leurs propositions théorique et méthodologique sur le cas de la France, pour identifier leurs principaux apports ainsi que leurs limites.

Lettre de l'IRSEM2 | Policy Paper | Faure, Samuel B.H. 2014. Politique industrielle : échanges stratégiques au sein du Triangle de Weimar. IRSEM’s Letter. 3: 27-29.

Premières lignes – La politique industrielle européenne a fait l’objet d’une conférence organisée à Cracovie en février 2014 interrogeant le Triangle de Weimar comme cadre institutionnel approprié pour répondre aux enjeux européens de sécurité et de défense. Le Triangle de Weimar correspond à une arène de coopération informelle instituée en 1991 entre l’Allemagne, la France et la Pologne. Cette conférence dite du « Triangle économique de Weimar » était organisée à l’initative de la présidence de la République polonaise, avec le soutien des ambassades de France et d’Allemagne en Pologne, du ministère polonais de l’économie ainsi que des organisations patronales allemande (BDI), française (MEDEF) et polonaise (Lewiatan). Elle a rassemblé, au sein de la grande et historique université Jagelon, plusieurs centaines de décideurs politiques, d’industriels et d’experts allemands, français, polonais et de l’Union européenne (UE). Le président de la République polonaise, Bronislaw Komoroswki, les ministres allemand et polonais de l’économie, Sigmar Gabriel et Janusz Pietchocinski, le ministre français du redressement productif, Arnaud Montebourg et le commissaire européen du budget, Janusz Lewandowski, sont intervenus. Cette conférence internationale s’est déroulée dans un contexte de…

1 | Article | FLes Champs de Mars, 24, 2012aure, Samuel. 2012. Coopérer comme politique d’armement en Europe. Les Champs de Mars. 24: 114-122.

Premières lignes – Originaire de Heidelberg, formé à l’université de Cornell par Peter Katzenstein, Ulrich Krotz est maître de conférences à l’université de Brown. Dans Flying Tiger, Krotz étudie le développement et la production, par l’Allemagne et la France dans le cadre d’une coopération bilétarale : d’un hélicoptère de combat : le Tigre. Le Tigre est un hélicoptère de deuxième génération, c’est-à-dire technologiquement avancé (vol de nuit, misiles de troisième génération). L’agent 007 y avait recourt dans Goldeneye (1995). Il s’agissait alors d’un prototype. La première série de Tigre est livrée à l’Allemagne et à la France en 2005. En 2009, trois Tigre « français » réalisent leur première mission militaire en Afghanistan. Ce programme d’armement aurait coûté près de 7,5 milliards d’euros (Krotz, 2011). L’objectif de cette recherche est de comprendre les raisons qui ont conduit l’Allemagne et la France à coopérer. Krotz vise à…